7 conseils pour préparer un accouchement naturel et respecté

//7 conseils pour préparer un accouchement naturel et respecté

7 conseils pour préparer un accouchement naturel et respecté

Etre enceinte est une véritable aventure… Nous avons 9 mois pour vivre pleinement et du mieux possible notre grossesse et aussi pour se préparer à jour J, l’arrivée de bébé !

Donner vie… C’est un moment magique qui reste un événement unique dans la vie d’une femme.
Nous avons 9 mois, le bébé, nous et toute notre famille pour se préparer à cette belle rencontre. L’accouchement est comparé à un marathon pour notre corps et notre esprit, alors une bonne préparation s’impose pour vivre une grossesse épanouie et pour être prête pour le Jour J. Au delà des rendez-vous mensuels et des cours de préparation à la naissance avec sa sage-femme qui sont remboursés par la sécurité sociale, nous avons à notre disposition de nombreuses ressources pour nous accompagner.
Après avoir vécu un premier accouchement en structure hospitalière, je me suis rendu compte que si je m’étais davantage informée et préparée, j’aurai pu le vivre différemment et surtout rester maître de mon accouchement. Cette fois-ci je me prépare d’une tout autre façon et j’avais envie de partager cette expérience avec vous.
Dans notre culture, nous remettons tout entre les mains du corps médical, comme s’ils savaient mieux que nous comment accoucher… Les sages-femmes font un travail remarquable et justement c’est à nous de reprendre aussi nos responsabilités. Nous sommes physiologiquement faites pour cela, notre corps est une merveilleuse machine qui sait comment faire par instinct… Il va sécréter d’ailleurs les 2 mêmes hormones qui ont été présentes pendant dès la conception pendant que nous faisions l’amour :  l’ocytocine l’hormone du bonheur, qui provoque des contractions et l’attachement pour le bébé ainsi que l’endorphine qui est un anti-douleur naturel.
Redonnons-nous confiance, confiance en son corps, confiance en son bébé qui saura lui aussi comment faire. C’est un moment intime avec bébé où l’on apprend à coopérer tous les deux pour arriver à se découvrir pour la première fois !
Cela demande une préparation que ce soit sur le plan physique pour être au top de sa forme, ainsi qu’une préparation mentale pour gérer les émotions qui vont nous traverser, écouter les signaux de son corps, dompter la douleur…
Alors oui 9 mois c’est juste le temps qu’il nous faut pour se préparer à cette ultime rencontre…

Le compte à rebours a commencé ? A vos marques, prête à accoucher ? 🙂

Préparer un projet de naissance

On ne le sait que trop peu ce qu’est un projet de naissance : à ajouter au dossier médical avant l’accouchement, cela permet de préciser dans quelles conditions on souhaite accoucher. Bien entendu tout en privilégiant la santé de la maman et du bébé, à adapter si c’est une grossesse à risque. Par exemple si l’on souhaite accoucher dans l’eau, avec de la musique, éviter l’épisiotomie, sans péridurale, attendre que le cordon finisse de battre avant de le couper, sortir rapidement de la maternité…
Plus on se sera préparée à toutes les éventualités (accouchement à la maison, dans la voiture, à l’hôpital, avec césarienne…) et plus on sera prête à prendre les bonnes décisions, pour rester jusqu’au bout acteur de notre accouchement.
Vous pouvez aussi faire appel à une doula qui accompagne les futures mamans pour créer ce plan de naissance. C’est une femme qui va vous soutenir pendant toute la grossesse (et même après avec l’allaitement, la fatigue) et vous apporter une aide précieuse.

Entraîner son corps avec des activités physiques prénatales

Comme toute épreuve physique, un bon entraînement s’impose pour développer notre endurance pour l’accouchement et rester en forme pendant toute la grossesse… La marche, la piscine, le yoga prénatal sont autant d’activités qui vont nous permettre de mobiliser notre corps, de l’assouplir, de le renforcer. Et même à l’accouchement, pendant le travail plus on restera active et à l’écoute de son corps, plus la descente du bébé sera facilitée, alors surtout ne rester pas allongée sur le dos, c’est le pire que l’on puisse faire car ce n’est pas une position physiologique qui va aider le bébé à trouver le chemin.
Des séances d’ostéopathie et de kiné vous nous permettre aussi pendant la grossesse de soulager les douleurs de dos, préparer le bassin, etc… Saviez-vous que le danse orientale, la danse du ventre est à l’origine pour aider les femmes pendant le travail grâce aux mouvements du bassin ? Alors n’oubliez pas d’amener votre musique où que vous soyez pour le jour J 😉

Manger sain et équilibré pour rester en bonne santé

Pendant ces 9 mois de grossesse il faut prendre soin du bébé et de soi pour éviter de prendre trop de poids pour être en forme pour l’accouchement et retrouver son corps plus facilement après aussi, conserver une image positive de soi, être bien dans sa peau, tout simplement…
C’est lors de ma première grossesse que j’ai changé d’alimentation car je n’étais plus seule dans ce corps… J’ai pris conscience que tout ce que j’absorbais, le bébé en profitait ! Alors j’ai bannis les produits transformés au profit de repas fait maison et bio, diminué les produits d’origine animal et donc aussi les produits laitiers, augmenté les fruits et légumes (crus et cuits à basse température pour préserver les vitamines) ainsi que les légumineuses, les noix et graines et des céréales complètes.

Se préparer mentalement à son accouchement

Méditation, visualisation, autant d’outils pour nous aider à vivre le moment présent, accueillir chaque instant, ne faire qu’un avec son corps pour ne pas être seulement dans le mental… J’ai aussi découvert le Surrender qui est méthode de relaxation thérapeutique basée sur le lâcher prise et la capacité d’auto-guérison du corps.
Dans le cas d’un accouchement à l’hôpital/clinique, on rentre dans un environnement inconnu que l’on ne maîtrise pas. Et le risque c’est de se laisser happer par ce tourbillon de blouses blanches et d’équipements, de ne plus contrôler ce qui se passe à l’intérieur de soi, de laisser nous échapper ce moment si spécial. Cet accouchement c’est le nôtre, alors même si l’on est aujourd’hui très bien encadrée par les équipes médicales, il faut rester actrice de son accouchement et non devenir spectatrice, pour vivre chaque moment intensément.
On parle même de violences obstétricales car on peut vivre des cascades d’intervention qui sont imposées et où la femme (et le bébé) n’est plus respectée voire maltraitée : épisiotomie imposée, touchers vaginaux à répétition, pression morale…
Alors si vous devez partir à l’hôpital, allez-y seulement au dernier moment, pour que le travail se fasse en douceur à la maison, dans notre bulle : prendre un bain/douche, faire du ballon, etc… Car attendre à l’hôpital dans une salle d’accouchement entre 4 murs avec seulement un petit lit et quelques mètres autour pour bouger avec un monitoring branché en continu, le temps et la douleur sont de suite plus difficile à gérer !

Prendre soin de soi avec des méthodes naturelles

Que ce soit pour soi ou pour bébé, privilégier les méthodes naturelles, ne pas fermer les yeux sur ce que peut contenir tel ou tel médicament sous prétexte qu’on nous l’a prescrit. C’est le moment d’aller voir des professionnels comme les naturopathes, homéopathes, acuponcteurs et privilégier des traitements à base de plantes, des huiles essentielles tolérées pendant la grossesse, une alimentation adaptée…
Pendant la grossesse bébé profite de tout ce que nous mangeons, buvons et mettons sur notre peau… Eviter aussi les couleurs chimiques sur les cheveux, le vernis à ongle etc…
Pour éviter les vergetures, massez-vous matin et soir : se pétrir (palper-rouler) le ventre avec de l’huile végétale bio (amande douce, germe de blé…) pour activer la circulation sanguine et conserver l’élasticité de la peau.
Et surtout se reposer : dormir en prévision du nouveau rythme qui s’annonce !

Communiquer avec bébé dans le ventre

J’ai découvert l’haptonomie au cours de ma première grossesse avec une sage-femme qui était formée. Pour ce 2e bébé nous avons préféré avec le papa, prendre des cours spécifiques avec un haptothérapeuthe en plus des préparation à la naissance qui eux resteront plus théoriques pour avoir toute les informations nécessaires et découvrir d’autres techniques.
L’haptonomie apprend à la future maman et au papa à rentrer en communication avec bébé dès le 4e mois et nous aide aussi après la naissance en nous donnant des méthodes pour l’accompagner avec bienveillance dans les premiers mois de sa vie.
Cette méthode aussi sera d’une grande aide pour rester connecté à bébé pendant l’accouchement et même pour l’aider à changer de position, à se déplacer pour faciliter le passage…

Aider le papa à trouver sa place

C’est tellement important d’inclure le papa pendant toute la grossesse jusqu’au jour de l’accouchement en lui donnant un vrai rôle à jouer. Car il vit cette grossesse d’un oeil extérieur, alors plus il se sentira utile, plus la famille entière sera prête pour accueillir bébé. L’haptonomie ainsi que la méthode Bonapace sont des outils qui vont nous aider à gérer le stress et la douleur par des massages que le papa nous fera pendant le travail et par sa qualité de présence, sa confiance en lui et en nous 🙂

 

La grossesse est une étape importante dans notre vie de femme, elle ne dure que 9 mois, alors autant en profiter pour découvrir ce nouveau monde et de nous préparer au rôle le plus important de notre vie, celui de parent !
Je participe aussi au programme vidéo du Challenge Grossesse mis en place par la sage-femme Aurélie Surmely. C’est 37 vidéos, soit un conseil bienveillant par semaine, pour nous accompagner tout au long de notre aventure : je vous fais profiter de 20€ dessus grâce au code SOLINE20.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le à vos amies enceintes.

Et voici la vidéo !

2018-03-02T17:26:38+00:00

2 Comments

  1. Audrey janvier 24, 2018 at 8:06 - Reply

    Merci pour l’article, je veux bien ton retour sur le livre 🙂

  2. Barcelona Nathalie février 23, 2018 at 10:05 - Reply

    Bonjour Soline !

    Ravie d’apprendre que ta jolie famille s’agrandit.
    Je voulais partager avec toi le fait que j’ai choisi de mettre au monde mes trois enfants sans péridurale car je voulais être libre de mes mouvements jusqu’au dernier moment, éviter toute programmation de naissance etc… J’ai accouché en clinique car à l’époque (mes enfants ont 18,13 et 12 ans), plein de choses n’existaient pas encore, bref je t’encourage à cet accouchement naturel !
    Je me suis sentie davantage maître de mon corps, même si cette fabuleuse machine qu’est le corps de la femme est programmée pour faire ça – presque – toute seule !
    Tout est allé bcp plus vite que pour des accouchements plus médicalisés et je me suis également remise plus rapidement !
    J’en ai gardé que de très beaux souvenirs et la douleur est franchement supportable quand on s’est préparée avant !
    Bref, tu nous raconteras ça,
    Profite de ces futurs instants, je te souhaite un bel accouchement et un bel accueil de votre bébé.
    Nathalie

Laisser un commentaire