10 astuces qui m’ont aidé à réussir mon allaitement

//10 astuces qui m’ont aidé à réussir mon allaitement

10 astuces qui m’ont aidé à réussir mon allaitement

Chaque histoire d’allaitement est unique, car chaque bébé est différent et chaque maman l’est aussi… Mon premier allaitement a duré moins de 2 mois alors pour le deuxième cela me tenait à coeur de “réussir” à nourrir mon bébé.

Oui, j’ai enfin compris que l’important n’est pas d’avoir allaité 1 jour, 1 mois, 1 an… C’est plutôt d’avoir fait comme toujours notre maximum en tant que maman pour notre bébé. La vie et ses surprises qu’elle nous réserve ne nous permettent pas hélas de tout réussir… Pour mon premier bébé, j’ai justement tout foiré 🙂 Du moins c’est ce que je pensais. Accouchement par césarienne d’urgence, allaitement stoppé après 1 mois et demi… Alors quand j’ai été enceinte de mon deuxième, je me suis préparée pour donner vie comme je le rêvais, c’est à dire chez moi. Une fois Noé arrivé à la maison, un autre challenge m’attendait. Celui de lui donner le sein. Car pour ma fille Mila, j’ai été sous pression à l’hôpital devant une montée de lait qui tardait à arriver, ils nous ont poussé à lui donner en plus un biberon… Et puis de retour à la maison, le trio tétée+tire-lait+biberon n’a pas fonctionné… Après la césarienne s’en était trop… Trop d’échecs… Mon corps me faisait un sale coup. Je n’avais plus confiance en lui.
J’ai pansé mes blessures avec les années et puis avec l’arrivée de Noé j’ai voulu redonner une chance à ce corps avec qui je n’avais pas fait la paix. Donner vie dans notre doux foyer, de la façon la plus naturelle qui soit, a été une belle revanche sur la vie. Alors gonflée à bloc, je voulais plus que tout offrir à mon bébé mon lait, et enfin renouer totalement avec mon corps.

Aujourd’hui cela fait plus de 6 mois que j’allaite et c’est avec une joie immense que je vous partage les conseils que l’on m’a donné tout au long de ma grossesse et de ces premiers jours qui ont été si précieux pour la mise en place de mon allaitement.

– Se reposer en cododo avec bébé et privilégier le portage physiologique pour que bébé soit le plus souvent en contact des seins
– Ne lui donner que le sein (éviter tétine, eau, lait artificiel en complément)
– Veiller à un bonne position du bébé : alignement tête-colonne-bassin, tête dans le sein, varier les positions, ourler les lèvres pour que bébé prenne bien le téton
– Ostéopathie pour la mâchoire, voir si problème avec le frein de la langue…
– Booster son corps avec de l’EPS de houblon et d’ortie (active lactation et reminéralise), de la spiruline pour une remise en forme
– Boire beaucoup et se faire des tisanes aux plantes : anis, fenouil, ortie (éviter menthe, sauge, persil…) – et vive la bière sans alcool !
– Faire le plein de vitamines, bien manger et souvent : fruits, légumes, graines, fruits secs
– Utiliser de la teinture mère de calendula (dilution 1/10 avec de l’eau) pour cicatriser les crevasses puis appliquer un corps gras (lanoline ou castor equi)
– Demander du soutien à la famille et aux amis (ménage, cuisine), à la sage femme de vous suivre pendant la première semaine, et surtout appel à une conseillère en lactation si les difficultés persistent (leche league) et aller aux ateliers allaitement d’association comme Coeur de famille à Anglet, L’arbre à signes à Bayonne…
– Préserver son odeur corporelle pour bébé (éviter parfum et autres produits) : j’utilise de l’huile de jojoba et noyau d’abricot pour masser ma poitrine

J’ai compris que le mental joue encore une fois un rôle crucial dans l’allaitement, et pour mon premier, après la césarienne j’étais à ramasser à la petite cuillère, alors sans soutien ni bons conseils, je n’ai pas réussi à tenir longtemps.
Nous sommes toutes capables d’allaiter, comme d’accoucher naturellement 🙂 C’est notre pouvoir de femme.
Alors surtout si vous en avez envie, surtout courage, tenez bon et osez demander de l’aide.
J’en profite pour remercier encore ma sage-femme du fond du coeur de ne pas m’avoir lâché pendant les 10 premiers jours où j’ai eu des crevasses. Ses visites suites de couches ont été très rassurantes, toujours le mot pour réconforter, pour me répéter que je pouvais allaiter… Elle m’a apporté la confiance que j’avais perdu lors de ma première expérience douloureuse.
C’est aussi grâce à mon homme qui a été à mes petits soins pendant les 3 premières semaines afin que je récupère et me consacre totalement à Noé : il m’apportait des plateaux repas avec la tisane, des fruits, des noix… Il s’est occupé de toute l’intendance, du repas au ménage.
Il a trouvé sa place : son rôle est complémentaire, il berce Noé une fois qu’il a tété. Ainsi il profite du bébé et cela évite aussi qu’il ne prenne l’habitude de s’endormir au sein.
Maintenant que Noé a 6 mois, nous avons commencé la Diversification Menée par l’Enfant DME tout en continuant l’allaitement. Nous avons réussi à trouver un équilibre maintenant qu’il va aussi chez sa nounou 3 jours par semaine : en plus de son repas du midi, je tire un petit biberon de lait qu’elle lui donne pour lui apporter du réconfort avant sa sieste…

Aujourd’hui j’allaite en public, je suis totalement décomplexée, car je suis fière de mon super pouvoir, celui de nourrir mon enfant.
Et à la question qui revient sans cesse : “Quand est-ce que tu vas arrêter de l’allaiter ?”, je réponds inlassablement : “quand il le décidera.” Car il n’y a pas d’allaitement “long” mais plutôt des allaitements “non raccourci”, c’est là toute la nuance. 🙂

C’est la semaine de l’allaitement, alors une pensée à toutes les Mères Veilleuses !

2018-11-14T00:43:20+00:00

Le calendrier de l'avent
des "Petits Bonheurs"

Une belle alternative à partager en famille Une création française et Zéro Déchet

Laisser un commentaire

Messenger icon
Send message via your Messenger App